ForumArticlesRetrouves tes copainsNés quelquepartCrée ton emailagenda BurkinaPetites annoncesJeuxPresse et médias Burkinabè

Recherche

Page mise à jour
le 11.12.2014

 

Le complexe de l'Arli-Singou comprend plusieurs espaces écologiques protégés ou gérés totalisant une zone de près de 815 000 hectares en territoire Burkinabè. Cette vaste étendue en fait l'espace naturel le plus vaste d'Afrique de l'Ouest.

Parc national de l'Arli 88431

La réserve totale du Singou

La réserve partielle de Pama

La réserve partielle de l'Arli

Ouama Tandougou Pagou Koakrana

La réserve totale de Madjoari

Ces espaces protégés ont des statuts administratif différents et leur patrimoine naturel est géré en fonction de leur statut. Cependant, le fait qu'ils soient collé pour ne représenter qu'une vaste zone de savanes et de galeries forestières donne un cohérence géographique à ce complexe et permet aux espèces animales d'avoir un territoire de répartition sans aucun équivalent en Afrique de l'Ouest. La continuité de ce complexe étant assuré de l'autre côté de la frontière béninoise avec le parc national de la Pendjari (276 000 ha) et près de 400 000 hecatres de réserve de chasse. En additionnant les parties Burkinabè et béninoises du complexe écologique, ce sont près de 15 000 km² qui s'offrent aux animaux (la moitié de la surface de la Belgique). En ajoutant les réserves et parcs internationaux du W (Niger, Burkina, Bénin) qui jouxtent sans interruption le complexe de l'Arli-Singou, ce sont près de 50 000km² de savane qui sur trois pays s'engagent à protéger la faune et la flore.

Sa richesse en faune autant que ses magnifique paysages sauvages rendent l'Arli-Singou incontournable pour les visiteurs qui souhaitent découvrir la nature et ses grands mammifères.

Si bien-sûr les éléphants et les lions sont les animaux les plus emblèmatique du complexe écologique (on les compte par centaines), de nombreux autres, parfois plus rares et en danger d'extinction représentent un grand intérêt aux yeux des amoureux de la nature.

Un très grand nombre d'antilopes et de gazelles de différentes espèces peuplent les savanes et galeries forestières des parcs et réserves du complexe. L’hippotrague, le cobe de Fassa, le cobe de Buffon, le cobe de Redunca, le guib harnaché, le cobe à croissant, l’ourébi ou le céphalophe de Grimm font partie animaux les plus gracieux que vous pouvez observer.


Le cobe de Buffon

L'ourébi

Le guib harnaché

Le céphalophe de Grimm

Le cobe à croissant

 


La hyène tachetée

Le chacal

En plus des lions, d'autres carnivores aide à réguler la population d'herbivores. Hyènes, chacals, panthères, mangoustes, civettes ou caracal sont autant de prédateurs ou de charognards dont certains sont faciles à observer (chacals) et d'autres presque impossible (panthère).

D'autres mammifères imposants ou curieux offrent aux yeux des touristes des spectacles uniques : du très commun phacochère, en passant par l'inquiétant buffle, l'imposant hippoptame, l'amusant porc-épic et la retournante chauve-souris roussette...


Le buffle

Le phacochère

L'hippopotamus

Le porc-épic

La roussette

Les reptiles ne sont pas en reste puisque plusieurs dizaines d'espèces de serpents, de lézards, de tortues et de grenouilles animent la vie diurne et nocturne dans toutes les partie du parc. En plus du crocodile, une grande partie des serpents représentent un péril mortel en cas de morsure.


Le cobra

Le python

Le caméléon

Le crocodile

Le varan

 


Le singe pata

Le singe vert

Le babouin
Les singes font partie des animaux les plus visibles dans l'Arli-Singou. Les meutes de babouins sont omniprésentes voir même parfois envahissantes car ils peuvent être aggressifs. Ils déambulent en famille sur toutes les routes et tous les chemins. Le pata est également très sociable. Le singe vert est quant à lui plus difficile à observer et il est beaucoup plus rare.

 


Les termites

Le scorpion noir
Le parc n'abrite pas que des grosses bêtes. Des centaines d'espèces d'insectes et d'arachnides participent au cercle de la vie. Les cathédrales terre atteignant plusieurs mètres de haut construites par les termites rendent ces dernières familières aux yeux des touristes. Les scorpions et araignées sont innombrables et il n'est pas rare d'apercevoir de très beaux spécimens.

Le vautour
Enfin, le l'Arli-Singou est également un paradis pour les oiseaux. Si la plupart y vivent en permanence, certains ne viennt qu'y nicher une partie de l'année. Plusieurs dizaines d'espèces peuplent le parc. Rapaces, charognard, passereaux coexistent dans un arc-en-ciel de couleurs. Parmis les joyaux multicolores on observe avec émerveillement le guêpier à gorge rouge, le curieux barbican à poitrine rouge, le cossyphe à calotte blanche, le perroquet du Sénégal ou le rollier à ventre bleu. Vautours, aigles et hiboux font la loi au pays des volatiles.

Le perroquet du Sénégal

Le beaumarquet auroré

Le cossyphe à calotte blanche

Le crétarope à tête noire

La corvinelle à bec jaune

Le barbican à poitrine rouge

Le piapiac africain

Le rollier à ventre bleu

Le guêpier à gorge rouge

L'astrild cendré

 

Le Parc national d’Arly

jeudi 20 janvier 2005.

« Le Burkina Faso est à la fois un territoire de chasse extraordinaire et un paradis cynégétique qui fait rêver tous les chasseurs. Ce pays regorge de très belles espèces animales, grâce à sa position géographique unique et à une végétation qui doit sa richesse aux rivières en eau toute l’année et à un climat idéal ».
Cette réflexion d’un concessionnaire illustre parfaitement la grande capacité du pays des Hommes intègres à satisfaire la curiosité de tous ceux qui pensent encore que la nature reste le domaine idéal pour se ressourcer.

On ne peut pas parler de merveilles au Burkina sans évoquer le Parc national d’Arly. Créé en 1950, Arly est certainement la plus grande réserve de faune du Burkina Faso, à la fois par le nombre d’animaux visibles et par la beauté du décor.

La réserve couvre une superficie de 18.000 hectares environ dans la province de la Tapoa à l’Est du pays. La monotonie des savanes plates est rompue par la présence de la falaise de Gobnangou et de Tambarga. Les galeries forestières qui recouvrent en partie des rivières comme le Pendjari contribuent à l’originalité du site.

A Arly, on rencontre les grands animaux comme le Lion, le buffle, l’hippotrague, le cob de fassa, le cob de Buffon, le cob de redunca, le guib harnaché, le phacochère, l’ourébi, le céphalophe etc. Les innombrables volatiles comme les pintades, les francolins, les poules de roche, le pigeon vert... complètent le décor.

La quiétude du parc permet aux visiteurs de surprendre les animaux dans leur élément naturel. On découvre alors l’Afrique dans sa grandeur.

Les visites du Parc national d’Arly sont soumises à la présence d’un guide. Ces connaisseurs de la nature savent reconnaître les traces des animaux évitant du coup des désagréments aux touristes. Leur présence est d’autant plus indispensable que la grande étendue du parc ne permet pas à un nouveau venu de s’orienter aussi facilement.

Arly est bien équipé sur le plan hôtelier. Il offre les conditions pour un séjour agréable dans ce domaine naturel.

Yeelba (N° 18 janvier 2005)

 

 

 

 

 

Arli National Park often Arly is a national park located in southeastern Burkina Faso. It adjoins Benin's Pendjari National Park in the South and the Singou Reserve in the West.
The Arli National Park is set in 76,000 hectares with a wide variety of habitats, ranging from the gallery forests of the Arli and Pendjari rivers to savanna woodland and sandstone hills of the Gobnangou chain. It is is home to around 200 elephants, 200 hippos and 100 lion. There are also buffalo, baboons, red and green monkeys, warthog, boar and various antelope such as western hartebeest and roan antelope. There are also bushbucks, duikers and waterbuck. [1]
The park can be accessed via the N19 highway via Diapaga (in the dry season also via Pama). Arli National Park has several pools, such as Tounga where there is a waterhole and there are two pools which are often vacated by up to twenty hippos.

 

 


Créé en 1950, Arly est certainement la plus grande réserve de faune du Burkina Faso, à la fois par le nombre d’animaux visibles et par la beauté du décor. La réserve couvre une superficie de 18.000 hectares environ dans la province de la Tapoa à l’Est du pays. La monotonie des savanes plates est rompue par la présence de la falaise de Gobnangou et de Tambarga. Les galeries forestières qui recouvrent en partie des rivières comme le Pendjari contribuent à l’originalité du site.

 

 

Le parc d'Arly : 92 500 ha , dans la région de l'Est, cette réserve est le refuge de tout ce qui peut avoir comme espèces de faunes sauvages. Les falaises du Gobnangou et de Tambarga constituent la toile de fond faisant ressortir les galeries forestières s'élevant le long de la rivière Pendjari. L'hôtel d'Arly assure un hébergement décent. On peut y voir des lions, des éléphants, des antilopes, des singes, des hippopotames, des buffles, des phacochères. Beaucoup d'oiseaux vivent dans le parc, notamment des rapaces (hiboux, aigles, charognards, etc.) C'est la plus belle réserve du Burkina Faso.


Le babouin

Le buffle

Le caméléon

Le chacal

La roussette

Le cobra

L'éléphant

Le crocodile

Le vautour

Le varan

Les termites

Le scorpion noir

Le python

Le porc-épic

Le phacochère

La hyène tachetée

L'hippopotamus

Le lion

Le singe vert

Le cobe de Buffon

Le cobe à croissant

Le singe pata

L'ourébi

Le guib harnaché

Le céphalophe de Grimm

Le perroquet du Sénégal

Le beaumarquet auroré

Le cossyphe à calotte blanche

Le crétarope à tête noire

La corvinelle à bec jaune

Le barbican à poitrine rouge

Le piapiac africain

Le rollier à ventre bleu

Le guêpier à gorge rouge

L'astrild cendré

 

 

 

Cap Skirring Sénégal Guinée Bissau Billets d'avion Sénégal Mexique Planète Sénégal